Bouterolle d'épée médiévale. XIIIe siècle.

Protections, armements, joutes et tournois / Protecciones, armamentos, justas y torneos / Protezioni, armando, giostre e tornei
test
Avatar de l’utilisateur
Guillaume de Pensac
baron
 
Messages: 480
Inscrit le: 07 Avr 2008, 01:00
Localisation: Corbières et Bourgogne

Message18 Mars 2015, 10:52

Restitution d’une bouterolle de fourreau d’épée médiévale. (vers 1240-1250)
Beaucoup de médiéviste essaient, tant bien que mal, de se donner une image de ce qu’était un milite pendant la croisade contre les albigeois. La plupart d’entre eux abhorrent à la taille une épée qui n’est pas vraiment une arme. Cette « épée » est rangé dans un fourreau attaché à un baudrier qui, dans le meilleur des cas, est d’inspiration germanique.
Mais que penser de la bouterolle de cuir qui orne le bas de ces fourreaux ?

La fonction principale de la bouterolle était de protéger des chocs et du ragage la partie basse du fourreau. Pour ce faire, le métal a semblé être le matériau le plus adapté à résister aux aspérités abrasives.

Dès l’Âge du Bronze Moyen, nos anciens ont utilisé des bouterolles en bronze. Puis elles ont été fabriquées en fer au Moyen Âge.
Si nos musées sont bien pourvus en bouterolles de bronze, très peu de bouterolles de fer sont parvenues jusqu’à nous.
Néanmoins, le Musée historique et archéologique de Montségur détient les restes d’une bouterolle de fer retrouvée lors des fouilles du site de Montségur.
Il est fort probable que cette bouterolle soit, au plus tard, des années 1243 (prise du pog). D’ailleurs, elle est de même facture que celles qu’on peut voir dans les miniatures de la bible de Maciéjowski.

Image
Restes d’une bouterolle. Musée de Montségur.

Image
Bouterolles. Bible de Maciéjowski.
ESSAI DE RESTITUTION :

Pour cela j’ai pris en compte les dimensions du reste de la bouterolle de Montségur et les exemples donnés par la bible de Maciéjowski.
Une lame d’épée (première moitié du XIIIe siècle) du Musée Vivant Denon m’a permis de déterminer quelle aurait pu être la forme et les dimensions de la pointe du fourreau.

Image
1- Réalisation d’une matrice ou forme, en fer, correspondant aux dimensions de la pointe du fourreau.

Image
2- Mise en forme d’une tôle sur la matrice.

Image
3- Découpe des ouvertures, façonnage du décor supérieur, puis soudures des tôles sur l’arrière de la bouterolle.

Image
4- Mise en forme au marteau et à la forge de l’arrondi qui termine la bouterolle.

Image
5- Ponçage et lustrage de la bouterolle.

Cette bouterolle, une fois terminée, m’a semblée un peu lourde par ses formes par rapport à la pièce originale. Un amincissement des largeurs de tôle m’a rapproché de ce que pouvait être une bouterolle de fourreau à la fin de la première moitié du XIIIe siècle.
Quelles sont vos remarques ?

Avatar de l’utilisateur
la Criante
Modérateur
 
Messages: 2207
Inscrit le: 26 Fév 2008, 01:00
Localisation: Comté de Bourgogne

Message18 Mars 2015, 11:21

Toujours très intéressants tes sujets :content-29: .

Je n'ai que des questions :
Quelle épaisseur de tôle préconises-tu pour une telle bouterolle ?
Comment as-tu réalisé la finition arrondie et fermée de l'extrémité de la bouterolle mise à part le martelage ? Les extrémités sont-elles simplement aboutées ou sont-elles soudées ?
Quand tu parles de soudure, que sait-on de ce qui était pratiqué à cette époque sur ce type de tôle ?
http://img25.xooimage.com/files/c/7/c/la-criante_new3_bandeau-b6a163.jpg Sus à l'Anglois, foutre Dieu !

Avatar de l’utilisateur
Guillaume de Pensac
baron
 
Messages: 480
Inscrit le: 07 Avr 2008, 01:00
Localisation: Corbières et Bourgogne

Message18 Mars 2015, 16:38

Merci la Criante pour l'intérêt que tu portes à mon sujet.

Le problème majeur qu'ont eu à résoudre nos anciens, c'est de porter le moins de poids possible. D'ailleurs, les écuyers avaient pour tache de porter l'armement lourd de leur seigneur.
Porter une épée dans un baudrier (environ 1400 grammes au total) toute une journée..., c'était lourd. Et pas question que l'écuyer porte l'épée de son seigneur.
Les deux bouterolles que je connais ont une épaisseur de tôle d'environ 1mm d'épaisseur. Mes modestes capacités en matière de chaudronnerie (travail des métaux en feuilles) font que j'ai choisi de la tôle de 15/10 de mm en sachant qu'après le passage de la meule et de la ponceuse, les défauts seront supprimés.
L'arrondi a été formé à chaud sur la matrice. j'ai utilisé un chalumeau pour souder, sans métal d'apport, la tôle en bout. Mais je pense qu'un professionnel se serait passé du chalumeau.
Si j'ai essayé de restituer une bouterolle du XIIIe siècle je ne me suis pas hasardé à restituer sa fabrication (historique), car je ne m'en sent pas capable.

La bouterolle finie à un poids de 155g. On pourrait encore diminuer son poids en supprimant l'entretoise du milieu et même celle du dessus. 120 g me parait être un minimum, pour cette époque.

Avatar de l’utilisateur
la Criante
Modérateur
 
Messages: 2207
Inscrit le: 26 Fév 2008, 01:00
Localisation: Comté de Bourgogne

Message18 Mars 2015, 17:06

Merci pour ces précisions. Je suppose que la bouterolle est ajustée au plus près du fourreau et qu'un simple collage suffit à la maintenir.
http://img25.xooimage.com/files/c/7/c/la-criante_new3_bandeau-b6a163.jpg Sus à l'Anglois, foutre Dieu !

Avatar de l’utilisateur
Guillaume de Pensac
baron
 
Messages: 480
Inscrit le: 07 Avr 2008, 01:00
Localisation: Corbières et Bourgogne

Message18 Mars 2015, 18:15

Il est fort probable qu'un collage du fer au cuir pouvait maintenir ce type de bouterolle. Les bouterolles n'étant pas réalisées par l'artisan qui fabriquait les fourreaux en bois et cuir, celui-ci était tenu d'adapter la forme du fourreau à la bouterolle choisie. Pour palier à ce petit problème, d'autres bouterolles n'avaient pas d'entretoises, ce qui permettait de les ajuster par un léger écartement ou un resserrement, aux fourreaux. En revanche, celles-ci étaient maintenues par deux fines pointes, en partie haute.
Après 1250 les épées deviennent plus pointues, les bouterolles sont plus courtes et sont dépourvues d'ouvertures d'allègement. Vers 1285 la bouterolle est constituée par une simple tôle de laiton enroulée pour former la pointe. La tôle est soudé à l'arrière par brasure à l'étain. Nous pensons que le choix du laiton pour les bouterolles et les pommeaux, à cette époque (1295-1310), correspond à un besoin ostentatoire de la part du chevalier . Il est vrai que pour le commun des mortels, le laiton poli ressemble à de l'or.

Avatar de l’utilisateur
Guillaume de Pensac
baron
 
Messages: 480
Inscrit le: 07 Avr 2008, 01:00
Localisation: Corbières et Bourgogne

Message20 Mars 2015, 09:24

Image

Avatar de l’utilisateur
montjoie
marquis
 
Messages: 1211
Inscrit le: 23 Jan 2009, 01:00
Localisation: avignon

Message20 Mars 2015, 10:46

Merci Guillaume pour toutes ces précieuses informations !

:0219:
MON DIEU PROTEGEZ MOI DE MES AMIS, JE ME CHARGE DE MES ENNEMIS

14 Juillet 1790 FETE de la FEDERATION

Avatar de l’utilisateur
Denix
baron
 
Messages: 265
Inscrit le: 25 Sep 2008, 01:00
Localisation: Un p'tit village entre Toulouse et Verfeil

Message23 Mars 2015, 09:01

Très intéressant et belle réalisation !
Image Image

drapier
duc
 
Messages: 3154
Inscrit le: 17 Oct 2013, 13:38
Localisation: moitié nord de la france : jehan.boinebroque.drapier@gmail.com

Message23 Mars 2015, 16:39

jolie recherche et belle réalisation, bref :content-29: comme d'habitude Guillaume
l'histoire, c'est un compte de faits

"Si vous ne changez pas en vous-même, ne demandez pas que le monde change"

La documentation ne vaut que si elle est partagée par le plus grand nombre.

Kentoc'h mervel eget bezañ saotret

Avatar de l’utilisateur
Rolant de Vitry
artisan/mercenaire
 
Messages: 40
Inscrit le: 05 Mai 2009, 01:00
Localisation: Orange (84)

Message23 Mars 2015, 20:58

Je plussoie les commentaires du dessus, excellent travail de recherche et belle réalisation !

Avatar de l’utilisateur
Guillaume de Pensac
baron
 
Messages: 480
Inscrit le: 07 Avr 2008, 01:00
Localisation: Corbières et Bourgogne

Message24 Mars 2015, 19:17

Vers le milieu du XIIIe siècle apparaissent des bouterolles à bouton. Les bouterolles à bouton avaient disparues de l'équipement militaire après l'époque romaine.
Une des premières représentations est visible sur la statue du margrave Ekkehard II, à la cathédrale de Naumbourg.

A partir de la même forme en métal j'ai essayé de réaliser une nouvelle bouterolle..,avec bouton.

Image


Retour vers VIE MILITAIRE

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron